JE FAIS UN DON
Que souhaitez-vous faire ?
ÉCOUTER
EXPLORER
CONTEMPLER
le cœur de Notre-Dame

Notre-Dame
ne cessera
jamais de vivre

Alors que les travaux de restauration se poursuivent, les portes de la cathédrale restent closes. Découvrez et soutenez trois projets essentiels pour que continue de battre le cœur de Notre-Dame de Paris.

Soit 51 € après déduction fiscale.
 SUIVANT

Écouter battre
le cœur de
Notre-Dame de Paris

Activez le son pour profiter de l’expérience
La musique sacrée, l’âme de Notre-Dame de Paris

Depuis le Moyen-Âge, Notre-Dame de Paris forme en son sein de jeunes chanteurs, des chœurs d’enfants, de jeunes et d’adultes.

L’association « Musique Sacrée à Notre-Dame de Paris » fédère de multiples activités musicales autour de la cathédrale. La Maîtrise, composée de quatre chœurs, est un centre de formation de haut niveau pour jeunes chanteurs. L’association organise également des concerts, enregistre des disques et assure enfin la musique pour plus de mille offices chaque année à Notre-Dame.

« Le savoir-faire à la fois fragile et précieux de la Maîtrise ne doit jamais s’interrompre.
Dans cette période difficile, le soutien du Fonds Cathédrale nous permettra de poursuivre deux de nos missions principales, la pédagogie et les concerts. »
Henri Chalet, directeur de la Maîtrise Notre-Dame de Paris

Vidéo Antonio Lotti, Crucifixus. Choeur d'adultes de la
Maîtrise Notre-Dame de Paris.
Antonio Lotti, Crucifixus.
Choeur d'adultes de la Maîtrise Notre-Dame de Paris. (direction Henri Chalet)
Vidéo Howard Goodall, The Lord is my shepherd. Choeur
d'adultes de la Maîtrise Notre-Dame de Paris.
Howard Goodall, The Lord is my shepherd
Choeur d'adultes de la Maîtrise Notre-Dame de Paris (direction Henri Chalet)

L’incendie d’avril 2019 a privé du jour au lendemain l’association de lieu de répétition et de résidence pour ses concerts et sa liturgie, mais également de l’orgue et du matériel mis à sa disposition.

Préservez avec nous ce patrimoine immatériel musical unique au monde.
JE VEUX SOUTENIR L’ASSOCIATION DE MUSIQUE
DE NOTRE-DAME DE PARIS
 SUIVANT

Contempler
le cœur de
Notre-Dame de Paris

Survolez les différentes reliques rescapées de l’incendie pour découvrir leur histoire
Les reliques sacrées, le trésor de Notre-Dame de Paris

Depuis des siècles, la cathédrale conservait les objets destinés aux liturgies de l’Église catholique : vases sacrés, ornements et livres liturgiques servant à la célébration de la Messe et des autres offices. Au cours de l'incendie, les services culturels et le personnel de la cathédrale ont tout entrepris pour mettre à l’abri un grand nombre d’objets liturgiques.

Il faut entièrement recréer autel, ambon (lieu des lectures sacrées), tabernacle, chandeliers et sièges détruits par la chute de la flèche. De même, il faut concevoir de nouveaux sièges pour l’assemblée, incluant éclairage et sonorisation appropriés.

Ces œuvres seront commandées à des artistes. C’est l’archevêque de Paris qui décidera de leur choix, avec tout le respect que ce lieu exige.

« Les pompiers qui montent à l’assaut pour sauver le beffroi nord le font pour quelque chose qui les dépasse. Il n’y a pas que les pierres. Ça fait partie des mystères. Ça traduit notre part d'humanité. » Général Jean-Claude Gallet, ancien chef des pompiers de Paris

Le sauvetage de la couronne d’épines

La couronne d'épines est la plus inestimable et la plus vénérée des reliques conservées à Notre-Dame. Elle est présentée aux fidèles lors d’un office chaque vendredi de Carême.

Lors de l’incendie, les pompiers ont notamment dû briser la grande châsse réalisée par Viollet-le-Duc qui la protégeait pour accéder au tube circulaire, une couronne en cristal de roche, la renfermant et libérer en toute hâte ce bien unique, vénéré dans le monde entier. De style néo-gothique, cette châsse s’inspirait du reliquaire médiéval de la Sainte-Chapelle disparu à la Révolution.

Reliquaire de la couronne d’épines

L’orfèvre Cahier réalise ce reliquaire, commandé par le Chapitre de Notre-Dame pour remplacer celui de 1806. De style néo‑gothique, il s’inspire du reliquaire médiéval de la Sainte-Chapelle disparu à la Révolution.

Les arcades ajourées laissent percevoir la relique enfermée dans une couronne en cristal de roche. Sainte Hélène tient la croix et Saint Louis la couronne.

Ces trésors inestimables ont cependant très gravement souffert : des études sont encore en cours pour connaître les pièces qui devront être dépolluées des suies chargées en plomb puis restaurées et parfois entièrement recréées.

Aidez-nous à les restaurer, permettre au plus grand nombre de les contempler et aussi transmettre aux générations futures ce qui nous a été légué.
JE FAIS UN DON POUR RESTAURER LES RELIQUES SACRÉES
 SUIVANT

Redécouvrir
le cœur de
Notre-Dame de Paris

cliquez pour découvrir quelques détails de ce projet
Le rayonnement international de Notre-Dame de Paris

Avant l’incendie, près de 68 000 personnes visitaient Notre-Dame chaque semaine, soit près de 12 millions de visiteurs par an. La cathédrale a toujours eu pour vocation d’accueillir gratuitement touristes, pèlerins et fidèles.

C’est un symbole auquel l’Église de Paris demeure extrêmement attachée. Notre-Dame n’est pas et ne sera jamais un musée.

Bien que les travaux se poursuivent, nous avons besoin de votre soutien pour repenser sa réouverture et imaginer la meilleure manière d’accueillir à nouveaux Parisiens et visiteurs du monde entier.

La visite commence devant les larges portails de la façade occidentale de Notre‑Dame. Le portail du Jugement, au centre, est entouré par le portail Sainte-Anne (à droite) et le portail de la Vierge (à gauche).

Ces portails sont ornementés de nombreux personnages bibliques. Quittez le parvis et poussez les portes : Notre‑Dame vous invite à entrer.

Face à vous, l’allée centrale s’étend, vidée de ses chaises en dehors des weekends et des fêtes liturgiques. Vous pouvez ainsi saisir la nef en majesté et vous y élever.

Avez-vous déjà entendu parler des « Mays » de Notre‑Dame ? Ce sont de grands tableaux commandés par la corporation des orfèvres Parisiens, offerts le 1er mai à Notre‑Dame presque chaque année entre 1630 et 1707. Ils constituèrent un des ornements principaux le long de l’allée centrale aux XVIIe et XVIIIe siècles. Mais dispersés à la Révolution et mis à l’écart à l’époque de Viollet-le-Duc, ils sont peu connus. Certains étaient encore présents jusqu'à l'incendie dans certaines chapelles. Ils sont actuellement dispersés en divers endroits de France et seront rassemblés nettoyés, restaurés et très probablement réinstallés pour la réouverture.

Le Crucifiement de saint André (1647), Charles Le Brun - Cathédrale Notre-Dame de Paris
La conversion de saint Paul (1637), Laurent de La Hyre - Cathédrale Notre-Dame de Paris
La prédication de saint Pierre à Jérusalem (1642), Charles Poerson - Cathédrale Notre-Dame de Paris
Le prophète Agabus prédisant à saint Paul ses souffrances à Jérusalem (1687), Louis Chéron - Cathédrale Notre-Dame de Paris
La lapidation de saint Étienne (1651), Charles Le Brun - Cathédrale Notre-Dame de Paris

La visite se poursuit par une déambulation du nord vers le sud, des ténèbres vers la lumière. Longez les 29 chapelles latérales, réaménagées pour vous offrir un véritable parcours d’initiation au mystère de la Cathédrale.

 SUIVANT
Avant le 31 décembre,
aidez-nous à faire vivre Notre-Dame de Paris
au-delà de ses murs
tout en réduisant votre impôt.

66% du montant de votre don
sont déductibles de votre impôt sur le revenu,
dans la limite de 20% de vos revenus imposables.

Calculez ici votre déduction d’impôt :
Je fais un don de :
Je déduis de mes impôts :
Mon don me revient à :